Dans mon Youtube #1

Je vous entends déjà faire la remarque « Heille Tiphanie, tu fais que dès « Dans mon [ajouter ici le lieu traité sans perversité aucune] on est loin du Par ci, par là initial ».
Ce à quoi je vous réponds : je sais.

Je sais, – place aux excuses – mais en ce moment il est difficile pour moi d’écrire, difficile de prendre le temps d’écrire et difficile de me focaliser sur ce que je veux réellement communiquer au fond. Pourtant, Nick en est témoin, j’ai une dizaine de sujets à l’heure et l’envie saisissante et perturbatrice de vouloir le faire. Puis je dois reconnaitre que j’ai un peu de misère à distinguer ce que je veux vous partager, ce que je peux vous partager, donc je préfère m’abstenir.Et comme je sais que je suis à court d’argument recevable, je vais opter pour la facilité et pointer Nicolas du doigt en disant « heille ben lui alors ?? il écrit pas. »

Revenons à notre sujet de base !

Quand Nicolas est à coté de moi en train de naviguer sur la toile, je jette un oeil. Toujours. Et je suis à chaque fois étonnée de constater à quel point les réseaux sociaux représentent une partie de qui on est. Je pense profondément que les pages qu’on like, les chaines auxquelles on s’abonne, les comptes qu’on suit, sont plus représentatif que ce que l’on partage en notre nom.

J’ai donc décidé de vous présenter régulièrement les chaines Youtube auxquelles je suis abonnée, pourquoi je m’y suis abonnée et mes vidéos préférées du/de la youtubeur(e) – et oui c’est comme ça que ça s’appelle quelqu’un qui fait des vidéos sur Youtube et c’est même un métier maintenant !

braincraft-cover-youtube

BrainCraft

242 895 abonnés
10 757 969 vues
Membre depuis le 26 août 2013
Description : Parle de psychologie, neurosciences et pourquoi nous faisons comme nous faisons.
Sortie des vidéos : tous les Jeudis.
Langue de la chaîne : Anglais

Pourquoi s’abonner ?

BrainCraft vulgarise la neuroscience en avec des exemples et des notions très simples. Le petit accent Australien de la Youtubeuse n’est pas pour déplaire.
L’aspect simple et efficace de choses complexes m’a séduit.

La première vidéo visionnée

La première vidéo que j’ai regardé était relative au documentaire Netflix Making a Murderer qui retrace l’histoire de Steven Avery. Cette histoire et la manière dont le documentaire est monté, sont troublants, faisant balancer le spectateur entre la défense et l’accusation.
On ne peut pas réellement dire qu’il y a du spoil dans cette vidéo car le documentaire a été tourné il y a un dizaine d’années et il s’agit d’une histoire vraie. Le documentaire ne sert que de support à l’explication de comment fonctionnent les souvenirs et la malléabilité du cerveau.

N.B

N’hésitez pas à me faire part des chaines auxquelles vous êtes abonnés ça m’intéresse 😉

Category : Dans mon Youtube
Tags :